Vous êtes ici

Café musical - Bilan des sessions de janvier à juin 2019
Médiathèque de Mably

Mardi 1 janvier 2019 - Dimanche 30 juin 2019

Des éléments en rapport avec le monde de la Musique pour le rendez-vous de découverte musicale de la Médiathèque de Mably

 

Retours sur des partages de coup de cœur pendant les rencontres du groupe d’écoute musical  à la médiathèque de Roannais agglomération-Mably.

Métissage des genres

À regarder les photos de Xavier Amin Dphrepaulezz alias « Fantastic Negrito » sur son disque Please Don't Be Dead, on jurerait qu’il  a « mis les doigts dans la prise ». Sa rencontre détonante entre blues, funk psychédélique à la Prince, bigbands jazz et énergie brute punk-rock décoiffe !  

Métissage encore avec les américains Calexico. Les textes liés à une actualité mondiale préoccupante pour son chanteur, Joey Burns contrastent avec les envolées de  musiques mariachis, de cumbia colombienne, de surf rock, de funk et de ska.

L’approche très ludique du jazz fusion par le trompettiste Christian Scott incorpore des textures sonores venues du hip-hop aussi bien que des rythmes de musiques latines et du rock.


[Avec la Stretch music] nous essayons d'étendre, et non pas de remplacer, les conventions rythmiques, mélodiques et harmoniques existantes du jazz pour englober autant de formes / langues / cultures musicales que nous pouvons. - Christian Scott

L’African fast food du bassiste et chanteur sénégalais Alune Wade sert un jazz mâtiné de groove afrobeat nigérian à la sauce folk, le tout sur un album chanté en anglais, en français et en wolof.

Sur son Goin’ Platinum ! Robert Finley fait se rencontrer soul, rock et blues. Après avoir consacré sa vie à la musique comme amateur éclairé, il débute une carrière professionnelle internationale à… 61 ans !

Un tambour comme personnage principal

Du côté des musiques du monde, avec le chanteur et guitariste malien Samba Touré, nous avons découvert le personnage principal de son album Wandé : le « tambour parlant » tama, capable de produire 8 notes différentes. Il se marie harmonieusement aux riffs de guitare, aux ondulations du ngoni et au sokou : une vièle monocorde frottée avec un archer.

L’album Musas de la chanteuse mexicaine Natalia Lafourcade est un hommage entraînant et réussi à la musique folklorique latino-américaine.

Le collectif jamaïcain Inna de Yard rassemble des figures du reggae de toutes générations. Son nouveau disque, enregistré dans les conditions du « live » dans les collines de Kingston offre des réinterprétations pleines de fraîcheur de standards du genre.

Grand coup de cœur dès la première écoute pour la néo-soul à la fois accessible et exigeante de la jeune anglaise Jorja Smith. Son Lost & Found à la production soignée évoque les ambiances ralenties du trip-hop de Massive Attack. Du côté de la voix : un choc ! Une digne héritière d’Amy Winehouse.

 

Classique ou Romantique ?

La musique classique était aussi au rendez-vous, avec Mathieu Herzog à la tête de l’Ensemble Appasionato. Un enregistrement raffiné sur instruments modernes des Trois dernières symphonies de Mozart. Une interprétation qui réconcilie les approches des « baroqueux » et la grandiloquence orchestrale des chefs romantiques.

La version de Naple de 1774 de l’Orfeo ed Euridice, chef d’œuvre de Christoph Willibald Gluck posant les prémices de l’opéra romantique et moderne était inédite au disque jusqu’à cet enregistrement. Une réussite de Diego Fasolis  à la tête de l’Ensemble I Barocchisti, avec  Philippe Jaroussky et  Amanda Forsythe dans les rôles principaux.

Un moment de partage et de découverte musicale à la Médiathèque de Mably

 

 

Une densité impressionnante

Après Toute latitude, La fragilité est le deuxième disque de Dominique A paru en 2018, l’année des 50 ans du chanteur. Un album lumineux, poétique et intime procurant l’impression d’une contemplation simple heureuse du monde qui nous entoure.

Dans la lignée du regretté Alain Bashung, mais avec un univers musical  immédiatement reconnaissable, c’est la nonchalance et l’écriture elliptique qui caractérise l’inclassable Bertrand Belin. Les synthés viennent habiller les ambiances folks sur son 6e opus, Persona. La classe, la grande classe !

Je n’ai pas envie d’enfermer mes chansons, leur ambiguïté est volontaire. Mes personnages ne sont jamais déclarés, ils flottent dans un monde sans vrai rebord, on ne sait pas leur âge, leur sexe, comment ils sont habillés, à quelle société ils appartiennent. - Bertrand Belin

Le Québecois Jeff Moran découverte et choc sur la scène du Festival Chant sur Paroles 2018 de Mably, en duo complice avec  le guitariste Thomas Carbou (excellant à la 8 cordes !). Sa présence est également d’une densité impressionnante sur disque.

Nous avons aussi échangé autour du blues rock engagé de Kel Assouf, des albums de Nick Drake, des Sparks, de la fougue et du  lyrisme pop et poétique de Feu ! Chatterton, du retour en grande forme des Touré Kunda. Les post-rockers Mogwai nous ont surpris avec la bande originale de « Kin » : leurs ambiances ténues évoluent vers des déferlantes de puissance. N’oublions pas Uriah Heep,  le reggae pop de Hollie Cook, le hip-hop atypique de la suédoise Neneh Cherry, l’album posthume de Bashung, ou le jazz très cinématographique de Kip Hanrahan.

 

Rencontres littéraires
Médiathèque de Mably
Musique